ACTUALITES - 07 mars 2019

Huawei intente un procès au gouvernement américain pour interdiction de l'équipement gouvernemental


Huawei réagit enfin au gouvernement américain après avoir affirmé que la compagnie de télécommunications et de smartphones basée en Chine représentait un risque pour la sécurité nationale... Que Huawei en sorte vainqueur ou rabaissé, c'est ce que l'industrie des technologies surveillera de près. Dans un acte sans précédent, mais pas surprenant, Huawei a déposé une plainte au Texas pour poursuivre le gouvernement américain au sujet d’une nouvelle loi prohibant l’utilisation des biens de Huawei dans les agences fédérales du pays. La société chinoise a caractérisé la prohibition d'inconstitutionnelle et cherche à faire annuler cette partie de la loi (via Slash Gear).

Il est peu probable que Huawei en sorte vainqueur, mais cette action unique suffit à créer des étincelles qui se feront ressentir pendant longtemps. Selon Huawei, les États-Unis avaient à plusieurs reprises échoué à proposer des preuves d’allégations d'espionnage parrainées par l'État chinois et que cette action en justice pourrait bien obliger le gouvernement des États-Unis à produire des preuves concrètes.

Selon Bloomberg, le procès intenté par Huawei vise une mesure spécifique de la loi de 2019 relative à l'autorisation de la défense nationale. Cette disposition interdit à tout organisme gouvernemental américain, ou à toute entreprise qui est un contractant gouvernemental ou qui bénéficie d'un prêt ou d'une subvention du gouvernement d'utiliser du matériel fabriqué par Huawei et ZTE. La poursuite affirme que cette interdiction est inconstitutionnelle, car elle a désigné Huawei comme une punition sans procès équitable.


Huawei conteste la nouvelle loi sur l'autorisation de la défense nationale, affirmant que le gouvernement des États-Unis enfreint la constitution en le sélectionnant. Ce faisant, le Congrès américain est intervenu en tant que juge, juré et tortionnaire, sans même poursuivre la société en justice, a déclaré Huawei.

Le fabricant chinois a réitéré à plusieurs reprises qu'il ne pouvait pas être contraint par le gouvernement chinois à installer des portes dérobées, à espionner ses clients ou à transmettre des données. Les convictions, réglementaires et autres, sont partagées quant à savoir si cela est vrai dans la pratique.

Le procès n’est que le dernier coup tiré dans cette guerre juridique et politique entre Huawei et le gouvernement américain. Cela intervient quelques mois après l'arrestation au Canada du directeur financier de la société et également la fille du fondateur de la société, Meng Wanzhou, à la demande du gouvernement américain. Les États-Unis cherchent à extrader Meng Wanzhou pour avoir contourné les sanctions commerciales imposées à l'Iran. Meng Wanzhou est actuellement en liberté sous caution, mais doit porter un bracelet à la cheville et resté à résidence surveiller.



Laisser un commentaire


Voir aussi

Les caractéristiques du téléphone de jeu Nubia Red Magic 3 ont été révélées par Nubia GM

Le Nubia Red Magic 3 viendra avec une technologie de refroidissement par liquide et par air qui aidera à dissiper la chaleur.